Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 11:50

En cette période humide de fermeture, je reprends les interviews et c'est avec grand plaisir que je reçois ici aujourd'hui Denis Belaigues qui a choisi de nous présenter rapidement l'Ance du Nord.

 

Denis Belaigues 1

Denis Belaigues

 

J'ai connu Denis en Limousin. Ce fut mon stagiaire à la Maison de l'Eau et de la Pêche de la Corrèze. Certainement le meilleurs stagiaire que j'ai eu. Doté de grandes capacités pédagogiques et d'une excellente connaissance du milieu aquatique. 

 

Denis est un pêcheur que je qualifierais de nomade. Il adore bouger, découvrir de nouvelles rivières que ça soit en France ou à l'étranger.

 

Denis TRF GO (7)

 

Denis s'est spécialisé dans la pêche en sèche des gros poissons, une technique qui demande une grande discrétion en plus d'une très grande patience. Et c'est ce qui m'impressionne le plus chez Denis. Cette faculté à pouvoir faire le héron pendant des heures en attendant qu'un nez crève la surface au milieu d'un poste prometteur. Moi, si je suis patient, j'attends tout au plus 30 minutes (et encore ...). Lui est capable de scruter un poste pendant des heures sans le moindre doute. 

 

Denis TRF GO (2)

Sèche et Gros poisson : la pêche de Denis

 

Allez Denis, présente toi un peu.

 

Je m'appelle Denis Belaigues, j'ai 32 ans et Cantalou d'origine (tu sais, les plus belles montagne du monde ). Je suis technicien rivière (mais bientôt charpentier !!) et j'habite à Marols dans la Loire. Auparavant, je suis resté 1 an et demi à Argeles-Gazost, dans les Hautes-Pyrénées. Je suis passionné de nature, de rivière et de tout ce qui s'y rattache, surtout dans le genre contemplatif.

 

Denis TRF GO (4)Une des nombreuses truites 2012 de Denis

 

Tu as choisi de nous faire découvrir l'Ance du Nord, ça tombe bien, je ne l'a connais pas.

 

Ance du Nord (1)L'Ance du Nord, photo L. Busser.

 

L'Ance du Nord, c'est ma rivière de coeur. C'est un petit cours d'eau prenant sa source dans le Puy de Dôme (63), non loin de St Anthème et se jetant dans la Loire au niveau de Bas-en-Basset (43).

 

Ance du Nord (2)Photo L. Busser

 

C'est surtout sa partie amont qui est la plus intéressante. Cette zone de plateau fait partie des rares endroits en France où l'on peut encore observer des moules perlières et surtout une jolie population indigène d'ombres commun. Il est particulièrement génial de prendre ces poissons magnifiques dans une rivière de 4 mètres de larges, méandrant somptueusement au milieu des reines des près.

 

Ance du NordPhoto L. Busser

 

En outre, l'Ance possède un fond granitique d'une couleur dorée ponctué d'innombrables herbiers de renoncules ... superbes.

 

Ance du Nord (4)

Photo L. Busser

 

Les truites sont nombreuses et de tailles modestes mais de toute beauté. La meilleure saison se situe en mai et juin, au moment où des milliers de "culs vert" éclosent tout au long de la journée. Coups du soir féeriques !

 

Ance du Nord (3)Photo L. Busser

 

Merci Denis pour cette description à la fois succincte et complète. Passons à l'interview.

 

Nicolas : Comment as-tu attrapé le virus de la pêche et depuis combien de temps pêches-tu à la mouche ?

 

Denis : Je pêche depuis le jour où à l'âge de 6 ans, j'ai pris une jolie perche (énorme pour moi à l'époque). Elle faisait 30 cm, c'était dans l'Errné en Mayenne. Depuis ce jour, je suis passionné par tout ce qui vit sous la surface de l'eau ! J'avais la chance d'habiter tout près de la Cère (15), une rivière modeste mais peuplée d'innombrables ombres. A force de voir tous ces gobages, nous voulions mon frère et moi savoir quel poisson se cachait sous le miroir de l'eau ... et à 15 ans je tenais ma première canne à mouche.

 

Sur un caillou des gorges du Tarn

En sèche dans les Gorges du Tarn

 

NC : Que représente pour toi la pêche à la mouche ?

 

DB : Pour moi, cette pêche est avant tout une communion avec la nature, un lien intime avec la rivière, la faune et la flore qui l'occupe et qui vit autour d'elle. Quand je pêche à la mouche, je contemple et je m'émerveille.

 

Denis TRF GO (1)

 

NC : Quelles sont tes rivières favorites pour la palm ? Quelle sera ta prochaine destination pêche française et étrangère ?

 

Denis : La rivière de mes débuts est la Cère mais les rivières ne manquent pas dans le Cantal. La Jordanne, la Santoire, Le Mamou, l'Allanche ont été mes premiers terrains de jeu. Autant dire que j'ai été gâté !

 

L'Allanche

L'Allanche (15), affluent de l'Alagnon dans le Cantal, une des rivières des débuts de Denis

 

Ces rivières, bien que très belle ne satisfaisaient pas ma soif de découverte et d'exploration. Par mes études et mon travail, j'ai pu découvrir mes rivières du Limousin que tu connais bien. La Luzège et ses gorges, la Diège ou encore la Triouzoune. Ce passage en Limousin a marqué un tournant dans ma pêche, de par la qualité des rivières et surtout des rencontres. On peut dire que toi et lolo m'avez vraiment changé la vision de la pêche. C'est à partir de ce moment là que je n'ai quasiment plus pêché qu'à la mouche.

 

TriouzouneLa Triouzoune (19)

 

Par la suite, j'ai découvert la Franche Comté où j'ai pris mes truites à la mouche sur la Loue ... puis la Haute-Loire et un petit bijoux de rivière extraordinnaire pour la mouche : La Dunière. J'ajouterais quelques mentions spéciales pour la basse rivière d'Ain, les Gorges du Haut-Allier, l'Espézonette, la Dourbie et sa cousine La Jonte.

 

TRF Gorges de la JonteFarios et Gorges de la Jonte : Merveilles !

 

Parallèlement à cela, et grâce à toi, j'ai découvert depuis quelques années les rivières pyrénéennes qui sont pour moi le Paradis. C'est un peu comme s'il y avait une Loue tous les 30 km ! Parmi elles, le Saison, les Nives, la Neste et le Gave d'Oloron ont mes faveurs, et surtout ce dernier.

 

Denis BelaiguesDenis et le Gave d'Oloron

 

Ma prochaine destination sera peut être pour les rivières Bretonnes et leurs saumons qui me titillent depuis plusieurs années. Quand à l'étranger, se sera l'Irlande ou le Québec !

 

NC : Décris nous brièvement le matériel que tu utilises ?

 

DB : Pour la truite, j'utilise principalement la "Monitor III" de Jacky Boileau, 10p - 10p6 soie 4-6, un moulinet Orvis Battenkill Large Arbor et une soie naturelle JP. Thébault. Pour tout ce qui est plus gros, j'ai une canne Wasler soie de 7 et un moulinet Sage Série 2000.

 

Denis TRF GO (8)

NC : Si tu ne devais utiliser que 3 mouches de ta boîte, ça seraient lesquelles ?

 

DB : Un éphémère montage parachute gris/kaki en 18. Un tricho en chevreuil en 16 et un tricho en coq limousin en 18.

 

Ephemere montage parachutte  trico chevreuil  trico limousin

Ephemère parachute                           Tricho chevreuil                            Tricho Limousin

 

 

NC : Depuis quelques années, tu recherches principalement les gros poissons en sèche. Quelles sensations te procurent cette pêche ?

 

DB : J'ai depuis toujours été fasciné par les grosses truites. Pendant longtemps j'ai rêvé de pouvoir un jour m'attaquer à ces poissons qui me hantaient. Au fil des années, j'y ai consacré de plus en plus de temps, en France et à l'étranger. Mais cette quête est vraiment une pêche d'abnégation car j'ai vu, décroché et cassé avec beaucoup de grosses truites avant d'arriver à en prendre une. Mais quelques soit le résultat, chacun de ces moments me procure une énorme montée d'adrénaline. J'ai le coeur à 120, surtout si la belle se trouve à quelques mètres !!!

 

Denis TRF GO

 

NC : Quel est ton meilleur souvenir au bord de l'eau ?

 

DB : Sans conteste ma prise de ma plus grosse truite prise en sèche à ce jour sur le Gave d'Oloron.C'était en avril 2012. En mars, à l'ouverture, j'avais repéré une truite dans une retourne que j'avais abandonnée pour prendre une truite de 59 qui était jusqu'alors ma plus belle truite prise en sèche. Quelques semaines plus tard, je retourne au même endroit, histoire de voir ce poisson de plus près. Je l'observerai pendant plus d'une heure sans pouvoir la prendre. Un beau mâle à la gueule énorme que j'estime un peu plus petite que mon poisson de l'ouverture.

 

Denis TRF GO (13)

 

15 jours après, je récidive. Je l'attaque cette fois différemment et après une heure de patience, je la rate au ferrage ! J'enrage, remet en question mon temps d'attente avant de ferrer. Je décide malgré tout de revenir dès le lendemain...

 

Denis TRF GO (11)

 

Elle est toujours là. Faisant le même parcours dans sa retourne. Je n'ai à chaque fois que quelques dizaine de secondes pour lui présenter ma mouche et 3 heures passent !! Un moment, le grand mâle passe à moins de deux mètres de moi. Je crois tout perdu, pense qu'elle m'a vu. Mais le poisson se poste ! Je pose ma mouche, devine un gobage et ferre ! Elle est au bout ! Le combat lourd et puissant durera un bon quart d'heure mais ne me posera pas trop de difficulté, la truite se battant dans une fosse profonde. Ce poisson, celui de mes rêves avec sa gueule monstrueuse accusera 63 cm !

 

Denis TRF GO (12)Denis et sa truite de rêve !

 

NC : Vraiment incroyable ce poisson, une merveille ! Je me rappellerais toujours quand tu m'as annoncé la prise de ce poisson de malade ! Bon Denis, quelle est ta tactique pour ce genre de traque car je sais que tu n'en es pas à ton coup d''essai !

 

DB : Ben mon problème c'est peut être que je n'aime pas trop avoir de tactique à la pêche ! On va dire que je suis plutôt du genre héron et que je peux passer des heures sans bouger sur un caillou, juste pour observer ce qui se passe. Bien souvent, au bout d'un certain temps, tout s'anime. Ici une truite se balade ; là, deux se poursuivent ; une autre gobe à mes pieds ... si l'on ne fait que passer, on loupe souvent la vie de la rivière.

 

Denis TRF GO (3)

 

NC : En recherchant les big fish, quels sont les erreurs à éviter ?

 

DB : J'ai vraiment très peu d'expérience, ou plutôt si, avec toutes ces grosses que j'ai loupées ! La majorité du temps, les erreurs viennent du matériel, genre frein mal réglé, connexion soie/bas de ligne faite à l'arrache, noeuds sur la pointe ... Quand tout cela est vérifié, reste l'indispensable, refaire son noeud d'accroche de la mouche, voir sa pointe chaque fois que l'on tire trop dessus (poisson ou accrochage).

Pour le reste, je dirais qu'il faut surtout anticiper, regarder qu'elle va être la position de la canne au moment du ferrage et pendant le combat (branches gênantes, talus, ...), les endroits où le poisson ne doit pas aller, les places où l'on pourra le mettre facilement à l'épuisette...

 

Denis TRF GO (5)

 

NC : Qu'est ce qui te fait râler avant, pendant, ou après une partie de pêche ?

 

DB : Ce qui me fait le plus râler c'est d'avoir l'impression de ne pas avoir pris la bonne décision au bon moment !

 

Denis TRF GO (6)

 

NC : A tes yeux, qu'est ce qu'une belle rivière à salmonidés ? As-tu trouvé en France ou à l'étranger cette rivière idéale ?

 

DB : Pour moi, une belle rivière est avant tout une rivière sauvage et préservée! Cela paraît utopique mais il en existe beaucoup en France, en particulier les secteurs de gorges souvent peu dénaturés, surtout s'il ne dépend pas de débit réservé. La Loire vers sa source, l'Espézonette, l'Ance du Nord, la Dunière, les Gorges du Haut-Allier, la Jonte ou les rivières du Plateau de Millevaches sont autant de belles destinations françaises. Quand à l'étranger, je citerais la Gacka en Croatie, La Neretva en Bosnie, certaines rivière du nord du Portugal, la Bella en Slovaquie...

 

Dans le nord du PortugalRivière du Nord du Portugal

 

NC : Même si dans les Pyrénées nous avons de beaux cours d'eaux, ils ne sont néanmoins pas exempts de perturbations. D'après toi, de quels maux souffrent le plus nos rivières Pyrénéennes ?

 

DB : Les rivières des Pyrénées ont pour la plupart la même caractéristique, elles sont torrentielles et subissent la fonte des neiges. C'est un avantage de par le "nettoyage" automnal et printanier qui est une vraie bouffée d'oxygène, une sorte de "turn-over" permettant de créer une véritable dynamique sur la faune et la flore. Mais ce régime a aussi un inconvénient : l'application d'une politique de gestion des crues parfois drastiques, notamment pour la ripisylve et les berges qui s'artificialisent.Les rivières Pyrénéennes ne sont pas un paradis que pour les pêcheurs, elles le sont aussi pour les sports nautiques qui induisent l'enlèvement systématique des embâcles pourtant si cher à nos belles mouchetées. Enfin, les Pyrénéens comme d'autres d'ailleurs ont longtemps pris nos cours d'eaux pour des exutoires à déchets et nous en payons encore aujourd'hui le prix. En témoigne les innombrables déchets jonchant les berges du Gave du Pau après sa crue de l'automne 2012. Déchets provenant des multiples décharges situées dans son lit majeur.

 

Denis TRF GO (9)

 

NC : Quel est ton actualité halieutique et tes projets d'avenir ?

 

DB : Continuer à passer un maximum de temps au bord de l'eau, et dans les airs ... car les Pyrénées sont aussi un paradis pour le ... parapente !

 

Sur la Neste avec Cyril

Denis et son pote Cyril lors d'une journée inoubliable de crise de rire sur la Neste !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

easy hairstyles for college 30/01/2016 12:35

easy hairstyles for college

Matt42 28/08/2015 08:13

Je te conseille une autre rivière au moins aussi jolie que la Dunière et pas très loin, c'est la Semène. Très bon article sinon!

windows vista help 04/04/2014 13:13

Denis Belaigues / Ance North, this could be one of the best water body for the fishing and adventure and i am happy that you have collected the necessary information updates. very interesting share and i will come back for more.

gilou46 21/02/2013 16:32


Très bon article,agréable à lire et jolies photos

nicolas65 27/04/2013 20:32



Merci Gilou46



Présentation

  • : Le blog de nicolas65
  • Le blog de nicolas65
  • : Blog Pêche à la mouche en Pyrénées
  • Contact

Profil

  • nicolas65
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.

Le Blog de Nicolas65

Recherche

visites