Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:15

Depuis que je pêche à la mouche, j'ai toujours eu beaucoup d'appréhension pour l'ombre commun. J'ai l'impression que ce fichu poisson ne m'aime pas. Du coup, je me fais toute une montagne de sa pêche. Sur la Dordogne, à l'époque des Sulfures, je me rappelle avoir été entouré de gobages d'ombres sans pouvoir en prendre un seul en sèche !

Galère sur la Dordogne pour faire monter ces ombres sur les sulfures...

 

Sur cette même Dordogne, quand je pêche côte à côte en nymphe au fil avec mon ami Vincent Laroche, Moniteur Guide de pêche local, le temps que je mette un ombre à l'épuisette, lui en a déjà piqué 3 ou 4. Autre exemple, en Pologne sur le San : nous sommes situés sur un très joli lisse et les ombres nous gratifient de gobages bien épais et bien gras. Mon pote David situé à seulement quelques mètres de moi fait des cartons en sèche pendant que je ferre dans le vide des refus de dernière seconde. 

David avec un ombre du San sur ce lisse qui me vaudra une bien belle branlée.

 

Certes il m'arrive bien d'en prendre un de temps en temps mais j'ai du me rendre à l'évidence : ce n'est pas l'ombre qui me fuit, mais bien moi qui ne sait pas le pêcher. Ni en sèche, ni en nymphe au fil et encore moins en nymphe à vue.

 

Dans les Pyrénées, nous n'avons quasiment aucune rivière qui possède une bonne population d'ombre commun. Impossible donc de s'entrainer sur sa pêche. Et la progression n'est possible qu'à force de pratique et compréhension. Lors de ma dernière manche de compétition sur la Dore et l'Ance du Nord, rivières à truites et ombres, je n'avais pris qu'un seul ombre en 12 heures de pêche pour 9 truites !!!!  J'ai donc décidé de me prendre en main : faire une semaine de pêche spécifique sur la pêche de l'ombre chez mon ami Laurent Busser.

Laurent, habitué de la pêche de l'ombre.

 

Laurent me prépare pour l'occasion un programme d'entrainement sans faille : deux journée sur l'Yonne, une journée spécifique nymphe à vue sur la Haute-Seine et une journée sur la Haute-Marne. La fin de la semaine étant consacrée à ma seconde compétition de l'année sur la Haute-Marne et le Rognon... deux rivières à ombres (merde !).

 

L'Yonne

La première journée est dédiée à la pêche de l'ombre en nymphe au fil sur l'Yonne.

 

L'Yonne est une rivière du Morvan qui traverse les départements de la Nièvre, de l'Yonne et de la Seine et Marne. C'est une rivière aux profils d'écoulement très variés, avec une eau très légèrement couleur thé. L'Yonne possède une bonne population de truite et des secteurs localisés avec des ombres... ça tombe bien c'est ce poisson que je viens pêcher.

Observation sur les lisses pour tenter de voir les ombres sur le fond

 

Un peu rouillé après une semaine et demi de non-pêche, je pêche la première matinée les gorets comme un goret ! Plus souvent dans les branches ou à déméler que dans l'eau. Je vous le dis, ce maudit poisson me porte la poisse et j'en perd mon sang froid. Le parcours que je pêche est super, avec des postes partout, des bras, des courants, des lisses, des fosses. Mais rien à faire. Nous ne prenons que des truites, plutôt de belle taille. Et j'ai l'impression qu'elles sont bien de sortie. Avec plus d'application, il y avait moyen de faire un carton, j'en suis sûr. Mais je suis venu pour l'ombre, j'ai délaissé dame fario.

 

 

A force d'observation, je me rend compte de différences fondamentales entre mes dérives et celle de mon prof du moment...

Dérives de Laurent ci-dessus

 

A l'inverse de Laurent ci-dessus, mes défauts pour la pêche de l'ombre sont nombreux : mauvais positionnement ; dérive trop amont ; absence d'animation ; absence de retenue en fin de dérive ; absence de dérive aval... bref, je pêche l'ombre comme je pêche la truite et çà c'est pas bon du tout ! Voilà le premier enseignement que je tire de ma séance du matin.

Sur l'Yonne en nymphe au fil

 

Nous restons pour l'après-midi sur l'Yonne, sur un parcous un peu plus amont, toujours aussi joli. Cette fois, nous pêchons des veines d'eau plus profondes.

Laurent pique deux ombres qu'il décroche. Moi, toujours rien ... ah si des truites ! Et encore des truites... j'y capte rien, je fais maintenant des dérives qui ressemblent un peu plus à des dérives d'ombres (y a encore du boulot, certes) mais je prends des truites, dingue !

En pêchant un plus lourd, je vais quand même piquer surement un très beau poisson qui va me mettre la misère dès le ferrage et dévaler d'un seul coup. Après réflexion, et vu le départ fulgurant du poisson qui ne m'a laissé que peu de chance, je parierai plutôt sur une très belle truite qu'un ombre.

Première journée d'entrainement ... et que des truites à l'épuisette !

Il s'en suit un festival de prise. Avec Laurent, nous n'arrêtons pas. Les truites sont dehors et tapent dans tous les sens. Un régal ! Mais toujours pas d'ombre. On verra demain.

 

Le lendemain, histoire de changer un peu, nous ferons la matinée sur la Cure, rivière typique du Morvan aux fonds assez sombres et eau couleur thé. Nous pêchons un joli parcours d'eaux rapides. C'est déjà plus ma pêche. Mais le poisson est plutôt boudeur et calé au fond. Il faut insister pour sortir quelques truites de taille modeste. Du coup, nous décidons de repartir vers l'Yonne l'après midi. Un petit coup de fil à Julien pour qu'il m'explique le type d'animation qu'il faut et je suis regonflé à bloc.

 

Retour sur l'Yonne après une session eau rapide sur la Cure

 

Sur ce nouveau parcours de l'Yonne, assez réputé selon Laurent, je me concentre à pêcher exclusivement l'ombre. Il faut que j'y arrive ! Devant moi, le poste est des plus prometteur. La rivière est rétrécie et coule une veine d'eau puissante d'une dizaine de mètres et profonde d'un bon mètre vingt. Deux mètres après le début de la veine, on devine une très belle cassure. Juste après la cassure, un arbre tombé récemment à l'eau casse le courant. Bref, le poste idéal !

 

Les premiers passages en milieu de veine sont ponctués de quelques prises de petites truites. Pas plus. Je plombe beaucoup plus et je tombe directement en aval de l'arbre qui coupe le courant. Je fais une longue dérive et commence l'animation face à moi et boom ! Enfin la première touche et le premier ombre du séjour. ENFIN !

 

Je me dis alors que j'ai compris quelque chose. Je retente la même dérive, la même animation, la même.... et BOOM ! Là je me dis que ça commence à sentir bon... sauf que je ramène une belle truite ! Bon, ben finalement j'ai rien compris du tout !!!!

 

Je retente moulte dérives du même genre, repeigne la veine en changeant les nymphes mais rien n'y fait, pas d'autres ombres ... mais encore des truites. C'est pas possible, j'en reviens pas comme ce poisson me déteste. Je me promet que si j'en reprend un, je le bouffe tout cru !

 

Je n'ai pas encore attaqué le poste le plus prometteur de la veine d'eau. C'est un "double poste" : une cassure très nette peu après le début de la veine mais de suite suivie par l'arbre couché qui empêche de réaliser toute dérive conventionnelle. On vit parfois par procuration des histoires de pêche, et je me souviens qu'un ami m'avait conté la prise d'ombre sur ce type de poste en ferrant à l'instinct !

 

Je me fais donc le film de mon prochain lancer : tu lances en amont et tu laisses bien couler dans la cassure, puis tu baisses la canne pour faire couler le fluo sous les branches d'arbres, tu tires deux petits coups et tu ferres. C'est parti. Lancer. Tout se déroule comme dans mon petit film. Pour l'instant. Mais le fluo n'a pas coulé correctement et j'accroche les premières branches immergées de l'arbre couché. Je recommence et cette fois tout se déroule comme prévu. Les nymphes plongent dans la cassure sans être emportées par le fort courant de surface. Le fluo coule sous l'abre. Canne basse, deux petits coup de scion très léger font l'animation. Et je ferre d'instinct et BOOOOMMMM, ça bataille grave en dessous ! Je ramène en bridant un superbe ombre. Bordel, LE PIED !

Laurent m'a rejoint et je lui expliquement fièrement mon coup de ligne. Je relance au même endroit et reproduit chacun des gestes de la précédente dérive ... referre d'instinct et BOOOM, nouvel ombre de la même taille ! Je suis comblé et super heureux alors que je n'ai pris que 3 ombres !!! Parfois le plaisir est ailleurs que dans la quantité.

Retour chez Laurent pour un barbeuc. Demain on part pour un spécifique "pêche en nymphe à vue" sur la Haute Seine, ça va être autre chose encore.

 

A SUIVRE....

L'ombre, mon meilleur ennemi - 1ère partie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flyfisher19 26/07/2014 08:41

Salut Padawan,

Attention aussi à la distance entre tes 2 nymphes et à la taille de celle en potence...

Progresse pas trop vite quand même, la Dordogne est ma seule occase de te mettre la caisse.

Bises, Vincent.

nicolas65 21/08/2014 08:42

mail : nicolascaraty@yahoo.fr

stonefly 20/08/2014 19:44

et plus bas sur la BARTE SUR NEST plus gros poisson?et les lacs?

nicolas65 20/08/2014 16:14

Je pense que tu devrais te faire plaisir en septembre car cette année la Neste n'a été vraiment pêchable qu'à partir de mi-juillet (et encore...). Si tu veux un conseil, inutile de monter au dessus d'arreau, les tractopelles ont fait un massacre suite à la dernière crue.

stonefly 20/08/2014 16:07

ben ok pour les ombres nous resteront sur les notres lol de l a DORDOGNE de LA VIENNE ET DE LA COMBADE si tu veux des tuyaux pas de pb
nous sommes 3 potes et nous passons 1 semaine la premiere de septembre sur ARREAU et ses environ si tu peux donner qq tuyaux bien sympa on pratique la bas depuis 10 ans regulietrement une sermaine en septembre tout les ans

nicolas65 20/08/2014 13:55

Désolé mais il n'y aucune chance que tu prennes des ombres dans le 65 car nous n'en avons pas chez nous. Sur le Salat, les gestionnaires semblent avoir relancé leur tentative de réintroduction mais il vaut mieux y laisser les ombres tranquilles car ça semble compliqué pour eux. Par contre tu peux faire de belles pêches sur la truite en ce moment.

Flyfisher19 26/07/2014 08:39

Salut Padawan,
Attention à l'espacement entre tes 2 nymphes et à la taille de celle en potence...

Progresse pas trop vite quand même, la Dordogne est ma seule occase de te mettre la caisse !

Bises. Vincent.

rootfisher 15/07/2014 09:31

salut
Pour t'entrainer sur les ombres tu devrais aller faire un tour sur l'Aude, c'est moins loin et gaver d'ombre
en septembre il y a une manche de championnat de France de PALM

nicolas65 16/07/2014 13:24

Une manche de championnat de France sur l'Aude ? Avec des ombres ? J'ai vraiment pas de chance !!!

Présentation

  • : Le blog de nicolas65
  • Le blog de nicolas65
  • : Blog Pêche à la mouche en Pyrénées
  • Contact

Profil

  • nicolas65
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.

Le Blog de Nicolas65

Recherche

visites