Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 11:24

Il y a un mois, je me suis amusé à organiser un duel de pêcheur à la mouche. J'ai pris le camescope et j'ai filmé la scène. Les deux pêcheurs sont des habitués de la pêche de compétition, donc armé mentalement pour ce genre de défit et toujours dans le respect de l'adversaire, des poissons et de la rivière.

 

Lieu : Adour

Date : Vendredi 29 juin 2012

Heure : 12h40 - 13h40

Durée de la manche : 1 heure

Protagonistes : - en rive gauche, Laurent Busser

                       - en rive droite, Julien Daguillanes

 

Adour3 (1)

Julien Daguillanes et Laurent Busser

 

 

Je remercie sincèrement Laurent et Julien de s'être prété au jeu et de m'avoir autorisé à diffuser ces images. Ces deux pêcheurs sont d'une exceptionnelle gentillesse.

 

 

 

Repost 0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 10:47

Moniteur Guide de Pêche diplômé au CFPPA d'Ahun, Maxime Miquel organise des séjours pêche à la mouche en Sibérie. Il est revenu cette année avec un max de vidéo et m'a demandé de réaliser le montage.

 

IMG 6875

       Maxime Miquel : www.guide-flyfishing.fr


 

C'est avec plaisir que j'ai travaillé au montage de cette vidéo et j'avoue que ça donne envie de se mesurer à cette multitude de superbes poissons : Saumon Chum et Silver, Koungja, Omble de Lévanidov, Dolly Varden et Ombre.

 

Allez, c'est parti !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 11:45

C'est avec plaisir que pour mon pélerinage annuel sur la Dodorgne, je décide David et Thierry de partir 3 jours à la rencontre des ombres corrèziens. Alors que la belle déboulait à 182 mètres cubes / seconde depuis 2 semaines, comme par magie juste avant notre départ les débits affichent 37 mcub/s. Royal.



L'activité matinale se révèle nulle et c'est en pleine après-midi que nous toucherons la majorité des poissons.



Si les truites sont plutôt de taille de modeste lors de week-end, leur robe est splendide et reste pour moi la plus belle de France.



Mais que prennent-ils ces ombres ? Au milieu des gobages, je n'ai pas la solution.



David lui fait un beau poisson mais s'endord sur la pose photo.



La dernière journée est consacré à la Maronne que je tiens à leur faire découvrir. L'absence de gobage nous amène a bien observer la rivière et par bonheur, c'est en nymphe à vue que nous sortirons les beaux étandards malgré notre manque d'entrainement. Quelle pêche magnifique, un régal.



Observer chaque trouée entre les herbiers, voire sans être vu, dériver au fil de l'eau, animer si besoin et ferrer. Mais pas trop tôt .



Ce fut l'occasion également de revoir mon pote Vincent, mon guide perso spécial Dordogne et Maronne.


 

 Et le reste en vidéo.

Repost 0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:10
Avant d'attaquer la nouvelle saison 2009, petit retour sur une année palm 2008 difficile du fait des niveaux d'eaux relativement important. Mais on ne va pas s'en plaindre, mieux vaut trop d'eau que pas assez.



Voilà donc le résumé de ma saison palm 2008 en vidéo de 30 min. S'il fallait retenir des moments forts, rocambolesques, je dirais :

- une sortie incroyable sur l'Adour avec Denis, avec plus d'une vingtaine de prises dans une rivière quasiment en crue !

- une superbe fario (la plus grosse que j'ai vu cette saison) prise par Louis en nymphe à vue sur la Neste, technique assez rare sur notre territoire,

- une bonne journée pouasse avec mon fréro où de son côté il casse sa Redington NTI, gauge lamentablement ensuite avec son téléphone portable à la main et où de mon côté j'explose mon waders. Evidemment sur le chemin du retour, l'embrayage de la célère peugeot 106 au 230 000 km lache lamentablement. Le reste de la route en 4ème jusqu'à Tournay était relativement cocasse, surtout dans les ronds points ! 

- cette superbe truite sur la Neste que Thierry prend en sèche à vue au bout d'une demi heure de tentative sur ce même poisson,

- une démonstration de pêche en nymphe par Julien sur l'Adour où en moins d'une heure, il sort une bonne douzaine de poisson,

- les décrochés à n'en plus finir de mon père,

- ces sorties géniales avec Benoît sur la Neste en sèche à vue sur de gros poissons. Je peux vous dire qu'avant de les prendres ces mémères, on en a fait du montage de Chiro !




 

Repost 0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 17:35

  Pour beaucoup de pêcheur, la Pologne rime avec San. J'ai eu la chance de poser quelques mouches sur ce cours d'eau majestueux en compagnie de David et Thierry en septembre 2006. Ce voyage 100% pêche restera à jamais gravé dans ma mémoire. Je vais tenter en quelques lignes de vous planter le décors.

Le Logement :
Super Hôtel, bonne ripaille et grands verres de bière ! 

                                    L'Hôtel Gawra

La rivière :

Large, peu profonde, claire où alternent radiers et lisses majestueux. Le San semble être excellemment préservé de la pollution et la diversité des macroinvertébrés qui la peuple est impressionnante. Ainsi les éclosions peuvent prendre une ampleur extraordinaire. A un point de faire sortir toutes les truites du secteur. A ce moment, avoir la bonne imitation devient primordial. Je me rappelle de cette éclosion qui aura duré plus de 3 heures. Une émergence de petites olives sur h20-22. Il y avait tellement d'insecte, tellement de ronds sur l'eau qu'il était impossible de viser une truite bien particulière, le tempo des gobagesne le permettant pas. Il fallait tout simplement lancer au milieu des gobages ! Un truc de malade que je n'ai jamais revu de ma vie.

Le San

La population piscicole :

Une densité monstrueuse de truite et d'ombre. Sincèrement du jamais vu. Il nous a semblé qu'il y avait deux types de truites, une bien cuivrée et une dorée. Les ombres sont également magnifiques. Le nombre de prise est vraiment phénoménal et la défense des poissons remarquable. Ca booste terrible. Nous n'avons cependant pas pris de très gros poisson même s'ils existent, je pense qu'il faut les rechercher spécifiquement. Nous n'étions pas parti dans cette optique là car nous découvrions le San pour la première fois. On peut noter également la présence de quelques Huchons.


                                         Ils ont de la gueule les ombres polonais

La pêche :

Si la population est exceptionnelle, il ne faut pas cependant pêcher n'importe comment avec n'importe quoi. Faut pas déconner quand même, les ombres restent des ombres. Nous avons principalement pêcher en sèche étant donné les nombreux gobages et nous en avons largement profité. Mais la pêche en nymphe à vue est également possible et quand rien ne bouge on peut toujours essayé en nymphe au fil. Je pensais également faire un carton en noyée mais bizarrement cela n'a rien donné ! Il aurait fallu réessayer, mais la pêche en sèche est tellement passionnante. 



Un beau doublé


L'anecdote :

Lors d'un coup du soir de folie, un nombre incalculable de nez percent régulièrement la surface du San. David me rejoint sur cette fin de radier. Nous pêchons côte à côte et ferrons truite sur truite. Jusqu'à cette petite truitelle de 25 que je pique à 15 mètres. Elle nous gratifie d'une belle chandelle (je peux donc estimer sa faible taille) puis repart sous la surface, cette dernière doit s'être mise sous les herbiers car c'est vraiment très lourd à ramener. Comme ça dure depuis un petit moment, David continu ses prises régulières et moi je suis entrain de louper ce coup du soir gigantesque. Rien à faire, au bout ça bouge mais ça vient pas. Et ça dure. Tant pis, je suis en 12/100 je vais tirer un bon coup et soit l'herbier vient avec soit je casse. Je tire progressivement. La canne plie dangereusement. A 10 mètres de moi, en surface, une gueule énorme s'ouvre. La truite me revient directement dans la tronche comme un élastique. Totalement croquée !

Comme si vous y étiez  :
Voici une petite vidéo résumant notre séjour, mais déjà on se demande si nous n'allons pas y retourner.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de nicolas65
  • Le blog de nicolas65
  • : Blog Pêche à la mouche en Pyrénées
  • Contact

Profil

  • nicolas65
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.

Le Blog de Nicolas65

Recherche

visites