Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 18:10

en-action-de-peche (3)

Benoît CARATY 

 

C'est avec fierté que je vous présente ce mois ci un pêcheur vraiment unique. Unique car c'est avant tout mon frangin. Unique car c'est également un pêcheur polyvalent doté d'une patience remarquable, d'une exeptionnelle adaptation, toujours entrain de bidouiller une astuce. Pêcheur au coup à la grande canne ou au quiver, pêcheur de carnassiers aux leurres ou au vif, pêcheur de truite au vairon manié, aux leurres ou à la mouche, pêcheur en mer aux leurres ou appâts, bref je crois bien qu'il a tout essayé et tout lui plait.

 

Bourriche 8 kg Cher Nico et Ben 1998  SIL 135 Indre Benoît

Benoît, un pêcheur polyvalent 

 

Dès qu'il y a de l'eau quelque part, Benoît pense pêche. Du plus petit gardon jusqu'au plus gros silure rien ne lui résiste et il ne résite à rien, toujours une canne pas forcément bien rangée à ses côtés.

 

Gave du Marcadau-Cayan6(65)

Déjà 12 ans de pêche à la mouche, soit la moitié de son âge

 

Malgré qu'il soit de 8 ans mon cadet, il a commencé la pêche à la mouche 2 ans avant moi et j'avoue lui avoir piqué quelques astuces qui me servent encore aujourd'hui surtout la technique du célèbre Taon.

 

Avant l'interview, et comme le veut la coutume de ce blog, Benoît nous présente une rivière salmonicole : La Sèvre-Niortaise (79). Bon c'est à toi Ben :  

 

Benoît : Je m'appelle Benoît CARATY, j'habite dans le sud des Deux-Sèvres au bord de la Boutonne. A l'instant où je vous parle, le coulis de l'eau et le chant des oiseaux apaisent ma pensée. Celà fait 25 ans que j'ai posé les pieds sur terre, 20 ans que j'ai pris ma première canne, 20 ans que j'ai pêché ma première écrevisse avec une canne en bambou, 12 ans que j'ai commencé la pêche à la mouche.

En déplacement constant ces derniers mois, il ne me reste que peu de temps pour m'adonner à ma passion (j'habite à 1h30 de la Touvre et je n'y ai toujours pas posé mes mouches). Heureusement que mon travail d'agent technique de l'environnement à l'ONEMA me permet d'être chaque jour au bord de l'eau. 

 

adour

Benoît sur l'Adour

 

Pour l'interview, j'ai choisi de vous parler d'une rivière un peu particulière, qui comme 90% des rivières de plaine sont bien malmenées en France. Départ donc pour la région Poitou-Charente dans le département des Deux-Sèvres (79).

 

A cheval sur les terrains granitiques du sud du massif armoricain et les terrains calcaires du sud des Deux-Sèvres, ce fleuve côtier s'écoule non sans mal à travers les innombrables champs de grandes cultures. Tantôt sur la terre, tantôt sous la terre, la Sévre-Niortaise devient pérenne dès le village d'Exoudun d'où surgit la Fontaine bouillonante. S'en suit un parcours plutôt calme, jalonné de chaussées de moulins jusqu'à Niort. Puis passage dans la Venise verte du Marais poitevin et arrivée dans l'Océan Atlantique en Charente-Maritime. Au total 160 km de rivière dont je ne vous décrirai qu'un seul parcours de quelques centaines de mètres. En effet, les zones où la rivière est libre sont très rares.

 

sevre-niortaise (1)

 La Sèvre Niortaise aux environs de, dans le département des Deux-Sèvres

 

Départ donc pour le village de ....... (je vous ai dit ques les beaux parcours étaient rares, je ne vais donc pas vous dire où quand même . J'ai mis en plus des photos pourries car ça vaut pas le coup de venir ). Ici les moulins n'ont plus de chaussées, et pourtant tout va bien. Seulement quelques micro-ouvrages mis l'été pour assurer le fameux niveau d'eau auquel les gens du coin sont très attachés. Il faut dire que le département est bien connu pour ses assecs réguliers. Les gens se consolent en pensant que trois bastaings pourront permettre de garder l'eau en cas de coupure. Qu'ils se rassurent, l'eau coule toujours ... aux enrouleurs .

 

sevre-niortaise (2)

Petits radiers permettant de pratiquer en sèche ou en nymphe 

 

Sur ce parcours, vous avez l'impression de pêcher dans un décors de film de cap et d'épée : maisons à colombage, murs en pierres apparentes, petits ponts de pierre et anciens lavoirs sont sur votre terrain de jeu. Les truites fario sont nombreuses et de toute taille, issus d'une reproduction naturelle hivernale importante sur le secteur mais aussi des lâchés d'alevins que réalisent l'AAPPMA locale. Je ne jugerai pas de l'interêt de cette action, je dirais simplement que cette AAPPMA est sans aucun doute la plus dynamique des Deux-Sèvres et que même si certaines de ses actions sont discutables, d'autres en revanche méritent largement que j'y prenne mon permis (remise en état de rivière par recharge granulométrique, création de parcours no-kill, ...).

 

sevre-niortaise (3)

Un cadre de "cap et d'épée" 

 

Allez, ne vous faites pas d'illusion tout de même, nous sommes en Deux-Sèvres, les rivières souffrent. Qualité et quantité d'eau ne font pas bon ménage avec productivisme agricole. Trêve de reproches, partons pêcher.

 

 

Merci Benoît pour cette description. Nous ressentons bien le malaise qui peut exister entre d'un côté les utilisateurs de l'eau et de l'autre cette population de truite fario sauvage qui cherche à survivre. Mais avant de partir pêcher, passons à l'interview :

 

 

nicolas : Benoît, comment as-tu attrapé le virus de la pêche ?

 

Benoît : La pêche, un virus ? Oui, c'est sûr. J'avoue que le seul vaccin que j'ai trouvé c'est d'amener une canne partout où je vais, même si c'est pour pêcher 5 minutes et ne rien prendre. J'aime découvrir, j'aime être surpris et ça doit être comme çà que j'ai choppé ce putain de virus, bien aidé quand même par quelques oncles pêcheurs, et un frangin et un papa qui ont attrapé ou réattrapé ce virus en même temps que moi.

 

PER 37 Indre Benoît 1998

 Très jeune, Benoît diversifie déjà les techniques

 

nicolas : Tu pêches indifférement les poissons blancs à la grande canne ou au quiver, les carnassiers aux leurres ou au vif, la truite au vairon ou à la mouche, le bar ou l'orphie. N'as-tu pas réellement de préférence ?

 

Benoît : Cela varie en fonction des humeurs mais pour la truite, je reste un moucheur. Cela reste la seule technique qui te permet de prendre le temps, d'observer la nature et le comportement des poissons. C'est un peu le yoga de la pêche.

 

NK St Lary

La mouche : le yoga de la pêche pour Benoît

 

  

nicolas : Sur toutes ces techniques que tu pratiques, quel est le charme que tu trouves à chacune d'elle ?

 

Benoît : Le quiver reste pour moi le moyen de passer une bonne journée au bord de l'eau avec des amis et de pouvoir se faire plaisir sur de beaux poissons tout en lézardant au soleil. Pour les carnassiers, le brochet me surprend toujours par ses attaques éclairs. Le sandre, mystérieux, me résiste et forcément ça m'attire. Le vairon n'a pas son pareil pour dénicher les grosses truites dans les fosses mais la mouche reste magique à mes yeux.

 

SAN 68 Indre Benoit 2004 (2)

 Le Sandre, poisson mystérieux pour Ben.

 

 Pour finir, la pêche aux leurres en mer est incomparable : des rochers, des courants, des vagues qui vous explosent dans les pieds et votre leurre qui surfe sous la vague. Je ne fais que débuter mais c'est toujours une surprise et une bonne dose d'adrénaline quand un bar vient happer votre leurre.

 

en-action-de-peche (2) Benoît sur la côte basque.

 

nicolas : Tu as commencé la pêche à la mouche avant moi. Comment as-tu appris cette technique ?

 

Benoît : J'ai commencé la pêche à la mouche à l'âge de 12 ans au Collège grâce à un professeur d'histoire  géographie qui entre midi et 14h donnait de son temps pour transmettre sa passion à 7 ou 8 collégiens. J'ai du attendre tout de même 1 an avant de prendre ma première truite fario sauvage en sèche, mauvais ferrage qui me poursuit quelques fois, mais merci tout de même à cette truite du Vicdessos (09).

 

nicolas : Qu'elles sont tes rivières favorites pour pêcher les salmonidés ?

 

Benoît : J'ai un faible pour les grandes rivières qui me permettent de dérouler ma soie et de me faire plasir à ferrer un poisson de l'autre côté de la rivière.

 gave

Ses rivières favorites : larges et majestueuses comme ici le gave de Pau 

 

 

nicolas : Tu dois partir sur une île déserte où coulent de nombreuses rivières. Tu ne dois emporter avec ton fouet que 3 mouches. Lesquelles prends-tu ?

 

Benoît : Bon, c'est presque la réalité que tu me présentes là . Mais sans les rivières . Bref, je choisirais un taon, un cul de canard et une nymphe couleur olive, comme çà je ne créverai pas la dalle !

 

3mouches

 Les 3 mouches préférées de Ben : Un CDC, une nymphe casqué olive, un taon.

 

nicolas : Quels sont ton meilleur et ton pire souvenir au bord de l'eau ?

 

Benoît : Là, c'est un peu une colle pour moi. Ayant la mémoire sélective et variable, je parlerai de ma première truite en sèche sur le Vicdessos. J'ai encore la mouche dans ma boîte et je serais capable de retrouver le poste où elle était quand elle est montée gober. J'ai passé plusieurs soirée sur cette rivière au bord du camping sans jamais prendre un poisson en surface, très mauvais ferreur ! Jusqu'au soir où enfin elle est montée et que je n'ai pas ferrer comme un taré. A ce moment là, j'ai compris comment faire, même si parfois j'oublie encore .

 

Le pire instant au bord de l'eau ? Aucun. C'est toujours un bon souvenir, à part quand je casse une canne.

 

TRF 50 Neste Benoît4 2003

Que de progrès accomplis depuis sa première truite en sèche, ci-dessus une truite de 50 cm 

 

nicolas : Quel est le poisson qui t'a donné le plus de plaisir ?

 

Benoît : un brochet pris sur le Loir près de Chateau-du-Loir. Les 3 heures à pêcher en barque avec papa, Romain et Jean-Michel furent un vrai plaisir. On a pris 3 brochets en l'espace de 45 minutes. Au mort-manié, je pensais être accroché au fond. Je titille. Je donne du fil. Je retitille pis mince ça commence à bouger d'un coup et à garder le fond. Je finis par remonter un magnifique brochet de 92 cm.

 

BRO 100 Vaas Benoit 2005 (2)

Benoît, excellent pêcheur de carnass, témoin ce broc de 1 mètre. 

 

nicolas : Tu travailles à l'ONEMA (anciennement CSP). De nombreux pêcheurs ne comprennent plus quelles sont les activités de cette structure. Peux-tu nous décrire les actions auxquelles tu participes et les principaux objectifs de tes missions ?

 

Benoît : Les pêcheurs ne comprennent pas que l'ONEMA ne fasse plus le même boulot que faisait le CSP, à savoir de la police de la pêche. Dorénavant, les domaines d'actions de l'ONEMA visent à protéger et étudier beaucoup plus le milieu en lui-même. Pour se faire, trois grands  axes s'articulent autour de mon métier : l'étude scientifique des milieux aquatiques, la surveillance de ses usagers (autres que les pêcheurs) et les conseils de gestion auprès des différents acteurs que sont les communes, les syndicats de rivière, les AAPPMMA ...

 

CAR .. Indre Benoit Un pécheur vraiment polyvalent !

 

nicolas : Tu possèdes également d'importantes compétences en matière de fonctionnement des milieux aquatiques et en matière de legislation. Selon toi, de quoi souffrent principalement nos cours d'eaux et la réglementation est-elle toujours respectée ?

 

Benoît : A chaque milieu correspond des nuisances, passées ou actuelles. Parmi elles, le remembrement a fait beaucoup de mal aux rivières de plaines. A une époque où la problématique était l'hydraulique, où l'eau devait s'écouler le plus vite possible, où les méandres n'avaient pas lieu d'être, nos pelleteuses s'en sont données à coeur joie. Résultat : adieu zones humides, adieu méandres, adieu poissons, bonjour la cata.

Pour les autres régions, les grands barrages et les microcentrales ont aussi fait beaucoup de mal. Certaines de ces perturbations persistent. Ajouter à celles-ci une mauvaise qualité des eaux et des problèmes de quantité d'eau, on a vite fait de perdre le potentiel piscicole.

 

 Un Ruisseau en Ariège benoît

Un bout de fil, une canne, de l'eau et ... Benoît n'est jamais très loin. 

 

Pour ce qui est de la réglementation, la problématique est bien trop vaste pour être abordée en quelques lignes. Certains la connaissent et l'acceptent, d'autres la connaissent et la réfutent, mais beaucoup de gens agissent par manque de connaissance, simplement en voulant bien faire, parce qu'on a toujours fait comme çà et que y a pas de raison que ça change. Entre tout ça, difficile de se glisser pour prêcher différemment.

 

 

Et bien merci Benoît de t'être preté au jeu de l'interview ............... et n'oubli pas que le week-end prochain tu vas prendre une bonne branlée aux canarss sur la Loire .

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

moucheur 79 13/02/2011 13:05



Bonjour ,belle arcticles et magnifique secteur de la sevres que j'aimerais connaitre.


bonnes continuation


a+



Didier 27/07/2010 04:12



Salut Nicolas65,Benoit,


hehehehhehe..j'a reconnu l'endroit secret de la Sevres Niortaise...J'y ai fait un super coup du soir debut Juin.....Je peux meme t'envoyer une ou 2 photos de ces habitantes...Merci pour ce
reportage....la Sevre est la riviere de mon enfance...


A+ Didier


 



nicolas65 27/07/2010 08:52



Avec plaisir pour les photos. Et avec ton autorisation je les ajouterais à l'article. Tu peux me les envoyer ici : nicolascaraty@yahoo.fr


 



Gobage 09 03/07/2010 13:21



Bonjour , 


J'aurai aimer te pauser une petite question , es-que je peut mettre le lien de ton site sur mon blog ?


Amicalement


Gobage 09



nicolas65 04/07/2010 10:27



Pas de soucis



laurentim 28/06/2010 22:57



salut Nicolas,


sympa ce reportage le coin a l'air plutôt joli.


La pêche c'est de famille à ce que je vois.


Au plaisir de te revoir au bord de l'eau.


Laurent



Présentation

  • : Le blog de nicolas65
  • Le blog de nicolas65
  • : Blog Pêche à la mouche en Pyrénées
  • Contact

Profil

  • nicolas65
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.
  • Attiré depuis tout petit vers la surface de l'eau, je n'ai cessé de chercher à ce qu'il y avait en dessous. Cette pensée m'obsède toujours. Ainsi c'est au bord de l'eau que je me ressource, pour percer ce mystère.

Le Blog de Nicolas65

Recherche

visites